fusions acquisitions big data

Big Data & AI au service des fusions-acquisitions

Les technologies digitales modifient la façon dont les entreprises abordent les transactions M&A. Depuis la recherche de cibles aux processus qu’elles ont mis en place pour l’exécution et l’intégration des transactions, le marché des fusions-acquisitions est fondamentalement transformé.

 

Le digital à tout prix

Le digital est source de croissance, c’est pourquoi de nombreuses entreprises se tournent vers les fusions-acquisitions pour renforcer leur capacité dans ce domaine. En effet, ces entreprises reconnaissent volontiers qu’elles ne sont pas en mesure d’atteindre seules les capacités digitales dont elles ont besoin pour accompagner leur développement.

Siemens a par exemple investi 10 milliards de dollars dans des sociétés de logiciels depuis 2007 pour soutenir sa stratégie numérique. En conséquence, en 2016, l’activité digitale de Siemens a généré environ 4,6 milliards de dollars, soit 12% de plus qu’en 2015, avec une croissance à deux chiffres prévue pour 2020.

Les besoins digitaux rivalisent rapidement avec les raisons traditionnelles du recours à la croissance externe dans toutes les industries. D’après Accenture Strategy, l’acquisition de nouvelles capacités et le besoin de technologies next-generation sont à la hauteur des déclencheurs M&A plus traditionnels tels que la diversification des produits ou l’expansion géographique.

 

Une nouvelle approche du M & A 

Pour transformer ces acquisitions digitales en succès contribuant à leur croissance, les entreprises doivent transformer leur approche du M&A dès les premières étapes. Plus de trois quarts des dirigeants sont d’avis qu’ils ne peuvent pas compter sur des compétences M&A traditionnelles pour les transactions dans le digital.

Ces transactions requièrent un état d’esprit différent et des outils différents : les entreprises qui réussissent sont en train de numériser leur processus, depuis la sélection des cibles à la valorisation, en passant par l’approche, la négociation, l’intégration et au-delà. Plus de 60% des entreprises utilisent déjà une méthode d’évaluation et une équipe différente pour les transactions digitales.

Les technologies digitales permettent également aux entreprises d’obtenir une meilleure visibilité de la transaction, d’obtenir un processus plus fluide et d’en extraire une plus grande valeur ajoutée. Les technologies d’analyse de données (Big Data) ainsi que l’intelligence artificielle jouent un rôle clef en aidant les analystes M&A à mieux trier de grandes quantités de données (finance, communications de l’entreprise, réseaux sociaux, sentiments des clients…)

 

La problématique de l’intégration

Pour extraire un maximum de valeur d’une acquisition dans le digital, les entreprises doivent diffuser le savoir-faire acquis en leur sein. Actuellement, de multiples recherches montrent que la plupart des entreprises ne parviennent pas à intégrer l’ADN digital de leurs acquisitions dans leur culture d’entreprise.  Une majorité des entreprises acquises se retrouvent donc à opérer en tant qu’activité autonome.

Réalisant la valeur de cet ADN digital, certaines entreprises acquéreuses ont réfléchi à la mise en place de méthodes d’intégration alternatives.

Par exemple, une des approches qui fait actuellement ses preuves est de favoriser une culture des cultures qui permettra aux nouvelles acquisitions de prospérer dans l’écosystème de la société mère.  Cette culture des cultures permettra la création des liens commerciaux et structurels plus évidant entre les entités, ce qui favorisera la collaboration en cas d’opportunités sur le marché.

 

Recommendations:

  • Développer un processus distinct pour les fusions-acquisitions digitales. Du ciblage à l’évaluation, en passant par l’approche et la négociation, un playbook modifié peut être un énorme avantage.
  • Déterminer le niveau d’intégration approprié pour favoriser la croissance des nouvelles acquisitions. Plus les acquisitions digitales sont nombreuses, plus une stratégie d’intégration globale devient nécessaire.
  • Investir dans des technologies d’analyse Big Data et l’intelligence artificielle pour améliorer les processus d’acquisitions, qu’elles soient traditionnelles ou digitales. Les entreprises généreront de l’information qualitative plus rapidement, rationaliseront le processus et tireront plus de valeur de leurs acquisitions.

 

Cette article s’inspire de l’étude Accenture Strategy présente ici

adminc Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *